Une comédie d’Olivier Lejeune – durée 2h

Hubert Karann, célèbre chef d’orchestre, s’apprête à diriger la cinquième symphonie de Beethoven, symphonie dont Beethoven disait “C’est le destin qui frappe à la porte”. Et en effet, le destin frappe à la porte de sa loge sous la forme d’un inconnu : Henri Karpett, un fan on ne peut plus collant.

Preuves à l’appui, ce fan  lui démontre qu’ils sont nés le même jour, sous la même configuration astrale et que, malgré leurs différences sociales, ils ont un destin parfaitement identique.  Sauf que ce fan est né deux heures avant lui. Donc tout ce qui arrive au fan, ça va lui arriver  deux heures plus tard. Aussi quand ce fan, en pleurs, lui apprend qu’il vient tout juste d’être cocu… lui, l’immense maestro,  va-t-il obligatoirement l’être à son tour ? Réussira-t-il à enrayer ce cocuage programmé ?

Une course contre la montre, un tourbillon de rebondissements et de coups de théâtre va entraîner les cinq personnages dans des situations irrésistibles. Répliques percutantes, un tempo effréné, un suspense jusqu’à la coda finale… car les faux culs sont beaucoup plus nombreux qu’on le croit !

La plaquette